Le voyage en Bretagne avec les élus du Roumois

     
   
     
 

Une quinzaine d’élus du Pays du Roumois a participé à ce voyage de deux jours pour visiter des opérations de qualité, rencontrer leurs collègues bretons et échanger sur les démarches locales en aménagement et urbanisme.

 

 
     
  UNE DIVERSITé D’OPéRATIONS  
     
 

C’est sous un beau ciel bleu qu’une quinzaine d’élus du Pays du Roumois s’est embarquée ce lundi 6 juillet au matin en direction de la Bretagne pour 2 jours d’excursion. Au menu sont prévues les visites de 5 communes aux alentours de Rennes, avec des opérations de logement, de réhabilitation, d’équipement.

 

 

Un lotissement communal à Hédé-Bazouges

 

Le groupe s’arrête d’abord au hameau de Bazouges-sous-Hédé (900 habitants) pour une première rencontre avec le maire de la commune, qui a porté dès 2001 une opération de lotissement écologique en maîtrise d’ouvrage communale : les Courtils. Ce lotissement de 22 lots libres et 10 logements sociaux répond à une volonté forte de concevoir un habitat économe en ressources, intégré dans son environnement paysager rural.

La visite sur place permet d’apprécier la composition du quartier, où les parcelles longues et étroites donnent sur une voie réduite, en U, dont les abords sont végétalisés avec des essences locales. Les garages, groupés 2 par 2 sur une placette pour 4 parcelles, permettent de structurer la rue tout en participant, avec la végétation, à l’intégration des logements. Malgré la grande diversité architecturale des habitations, la végétation et les garages donnent une harmonie au quartier et renforcent l’intimité des parcelles. Les logements sociaux reprennent la typologie des maisons de bourg ; situés en entrée du lotissement ils permettent de faire la transition avec le centre-bourg du hameau. Un ensemble de cheminements facilite les liaisons piétonnes.

Le lotissement a été conçu en 2 phases. La première tranche s’est terminée en 2008 ; la deuxième tranche est actuellement en travaux.

 

 

 

Deux lotissements communaux et un équipement à Langouët

 

L’après-midi se poursuit à Langouët, deuxième étape de ce voyage. Cette commune de moins de 600 habitants développe depuis le début des années 2000 un projet de territoire passé au crible du développement durable. Les deux opérations visitées ce jour par nos élus eurois s’inscrivent parfaitement dans cette démarche : le quartier Prairie Madame et l’éco-hameau la Pelousière.

Le groupe se dirige d’abord vers le quartier Prairie Madame, développé de 2000 à 2007 sur un terrain en limite du centre-bourg. La dimension sociale était un objectif fort de ce lotissement communal de 11 parcelles : offrir des maisons de conception écologique à moins de 170 000 euros pour l’accueil de primo-accédants. Le plan du quartier favorise le lien social grâce au regroupement des garages, des boîtes aux lettres et des poubelles. En sus, les élus ont pu observer la conception de l’espace public qui limite la place de la voiture grâce à des voiries étroites empêchant le stationnement sur rue. La disposition des parcelles, l’implantation des maisons, l’importance de la végétation permet d’offrir une grande intimité aux parcelles qui font moins de 500 m2.

 

 

 

Le deuxième lotissement visité par les élus commence en 2009 dans la continuité de la première opération. Il s’agissait d’aller encore plus loin dans la conception écologique des habitations : panneaux solaires, brise-soleil, choix de matériaux sains… Cette performance ne s’est pas faite au détriment du prix ; les pergolas des places de stationnements et murets communs ont été faits en auto-construction pour diminuer les coûts. Le quartier compte 12 maisons et 6 logements sociaux en habitat semi-collectif, avec entrée individuelle. La visite de cet éco-hameau montre une végétation moins fournie, mais l’espace public est tout de même structuré grâce aux pergolas, aux murets et grâce à une plantation de géraniums.

 

 

 

La visite se termine en centre-bourg par un petit pot offert par le maire de Langouët. Un échange s’installe autour de la démarche de développement durable particulièrement poussée de la commune. Les explications du maire permettent d’apprécier la stratégie globale de la municipalité : rénovation de bâtiments publics, cantine bio, circuits courts… A l’occasion de la présentation de la nouvelle bibliothèque, tout juste achevée, est abordée la mise en œuvre du référentiel foncier qui a permis d’identifier tout le potentiel dans le bâti existant ; grâce à ce référentiel la municipalité peut envisager son développement sans consommer le moindre foncier agricole pour les prochaines années.

 

 

 

Une ZAC de 300 logements à La Chapell-Thouarault

 

Le lendemain c’est sous un ciel beaucoup plus nuageux que le groupe se dirige vers La Chapelle Thouarault, commune de 2 000 habitants intégrée dans Rennes Métropole. Une première rencontre en salle avec le maire donne l’ampleur du projet : une ZAC de quelques 300 logements sur 10 ha, lancée en 2005 et en construction depuis 2010.

La déambulation sur le site permet aux élus de découvrir la diversité des formes architecturales, des typologies d’habitat, des formes urbaines. La présence du végétal est particulièrement prégnante grâce à la conservation de l’ancienne trame bocagère – haies et fossés – autour de laquelle s’est dessiné le plan du projet. Ce principe de conservation permet une intégration visuelle du bâti dans le grand paysage, il permet aussi de créer des ilots aux ambiances de petits quartiers distincts. C’est presque sans emprunter aucune route que le groupe découvre le site, grâce à un réseau de chemins piétons très développé qui maille l’ensemble et le relie au centre-bourg.

 

 

 

Une opération de réhabilitation en coeur de bourg et un équipement à Guipel

 

La deuxième étape de ce mardi matin conduit le groupe à Guipel (1 600 habitants) où les élus rejoignent le maire de la commune dans une petite ruelle du centre-bourg, le long de laquelle un projet de rénovation s’est opéré. Les anciens bâtiments ont été réhabilités en logements sociaux par l’intercommunalité qui était maître d’ouvrage au titre de sa compétence logement locatif social en cœur de bourg. La commune, déjà propriétaire du foncier, a revendu le terrain à la Communauté de communes qui met le bien à disposition du bailleur Habitat 35 grâce à un bail emphytéotique. En rendant presque nulle la charge foncière du bailleur, l’opération devient économiquement faisable.

Le groupe se replie ensuite à l’intérieur du pôle multiservices Les Pontènes, à l’abri de la pluie. Cet équipement en plein centre-bourg regroupe une cantine, une bibliothèque et une garderie. La volonté de mutualisation a poussé l’équipe municipale à mutualiser la cantine entre l’école et l’EHPAD et à mettre en place un réseau de chaleur pour l’ensemble. Au nord, le bâtiment donne sur la rue centrale, au sud il s’ouvre sur une vallée gérée en éco-pâturage par des moutons et des vaches highland cattel. La commune a ainsi réussi à réduire les coûts d’entretien du bâtiment et du site.

La visite de Guipel se termine par un tour du côté d’un nouveau lotissement en construction. La commune a saisi l’opportunité d’acheter une maison sur une grande parcelle pour diviser le terrain en deux et lancer un projet de construction sur la partie libre.

 

 

 

 

Un projet de lotissement en auto-éco-construction à Saint-Médard

 

La dernière étape du voyage conduit les élus en début d’après-midi à Saint-Médard-sur-Ille qui a lancé un nouveau lotissement en réservant une dizaine de parcelles pour faire du logement en auto-éco-construction accompagnée. C’est l’expérience initiée à Langouët sur La Pelousière qui a donné envie au maire de Saint-Médard de poursuivre l’innovation en poussant beaucoup plus loin la part de l’auto-construction. L’objectif est ici d’aboutir à une part d’auto-construction autour de 80% grâce à un accompagnement des Compagnons bâtisseurs.

 

 

Le voyage se termine par un temps d’échanges entre les élus du groupe, où chacun a pu exprimer les éléments qui les ont le plus marqué lors de ces deux jours de visites. Le trajet de retour en bus permet à chacun de continuer les débats et commenter ces retours d’expérience riches, et espérons-le, porteur de nouvelles initiatives dans l’Eure.

 

 

 RESSOURCES DOCUMENTAIRES

 

 

 

 

 

 

 
 

Comments are closed.