Aménagement urbain et paysager

     
  Les plantations du parc communal d’Aigleville  
 

En matière d’aménagement urbain, l’échelle d’intervention choisie par les communes rurales est souvent volontairement ponctuelle. Le réalisme budgétaire semble intimer l’obligation d’un phasage spontané qui dissocie les futures phases d’intervention dans le temps mais aussi quelquefois … dans l’espace !
Le conseil du CAUE27 en matière d’aménagement urbain s’attache systématiquement à développer une analyse la plus ouverte possible. Ainsi la demande de conseil en plantation du futur parc récréatif d’Aigleville motiva la réalisation d’un scénario d’aménagement de l’ensemble du secteur urbain. Il s’agit d’apprécier la portée générale de chaque acte d’aménagement et d’identifier l’ensemble des liens fonctionnels générés. La commune reste libre ensuite de poursuivre la réflexion par le recours à un bureau d’études ou par une programmation en régie dont chaque phase est issue du schéma stratégique d’ensemble initial.

 
 
     
  Lier tourisme & patrimoine à la Ferrière-sur-Risle  
 

Comment valoriser un patrimoine rural exceptionnel lorsqu’on est une commune dépourvue de capacité d’investissement ? La commune de la Ferrière-sur-Risle décline ses circuits d’itinérance récréatives, à pied, à vélo, à cheval, en canoë, …
Elle a sollicité le CAUE27 pour l’aider à construire une boucle de découverte de son centre ancien. L’itinéraire choisi tire parti d’un territoire riche en ambiances urbaines diversifiées. Par la mise en scène successive d’éléments architecturaux ou paysagers,  le parcours offre aux visiteurs une compréhension des forces qui, au fil de l’histoire, ont forgé l’identité du lieu. Commerce et artisanat, fortification médiévale, métallurgie, inondation et bombardement sont tour à tour convoqués grâce à une suite de détails architecturaux sur lesquels glisse généralement le regard pressé.

 
 
     
  Le jardin accompagne la thérapie à Bourg-Achard  
 

Les jardins thérapeutiques constituent une commande innovante des établissements hospitaliers qui souhaitent disposer d’espaces de plein air attenant à l’hôpital et  adaptés à leurs résidents et à leurs familles. Ce concept récent, plébiscité par les équipes soignantes, est aujourd’hui peu mis en œuvre par les professionnels de l’aménagement et suppose une technicité à caractère encore expérimentale.
L’intervention de CAUE27 se présente comme un élément d’articulation nécessaire entre un programme thérapeutique, précis et puissamment prescripteur, un site possédant ses propres contraintes et potentialités et le futur professionnel qui sera choisi par la structure hospitalière pour concevoir le projet et réaliser l’aménagement.
Trois réunions de travail avec l’équipe soignante de l’hôpital de Bourg-Achard furent utiles pour traduire en prescriptions d’aménagement opérationnelles les objectifs généraux énoncés : donner des repères dans le temps et dans l’espace, proposer des lieux sécurisés d’autonomie et d’exercice, créer un lieu de convivialité intergénérationnel …
La question de la capacité de motricité et d’attention des résidents fut au centre de l’évaluation de l’ensemble des hypothèses d’aménagement proposées. Elle conditionna strictement le mode de résolution spatiale retenu. Le projet de jardin évolua ainsi progressivement vers une suite d’espaces de plein air, fortement architecturés et équipés, en connexion directe avec les structures bâties existantes.

 
 
     
  L’intégration des jardins familiaux  
 

L’accompagnement du CAUE27 auprès de deux communes s’est attaché à développer l’intégration de ce type de projet à toutes les échelles : de l’aménagement de la parcelle louée au jardinier, à l’insertion urbaine de ce nouvel équipement public. Chaque niveau précise les conditions de fonctionnalité et de gestion durable à atteindre.
A l’échelle de la parcelle, l’intégration paysagère des équipements nécessaires (cabanons, allées et structures végétales) tient compte des éléments favorables aux pratiques de jardinage écologique (collecte des eaux pluviales, compostage, lutte intégrée, etc).
Cette même dualité paysage/écologie est développée à l’échelle du groupement de jardins en recommandant l’établissement d’un contrat, entre la commune et l’association gestionnaire, qui intègre le respect et la diffusion de pratiques vertueuses.
A l’échelle urbaine, les préconisations d’aménagement s’appuient sur une analyse des pratiques récréatives locales permettant d’inscrire les jardins familiaux dans des parcours urbains, voire des pôles de loisirs plus vastes. A Bazincourt-sur-Epte, cette démarche a conduit à la création d’une boucle de promenade sur le hameau principal. Au Neubourg, les jardins familiaux ont été intégrés au projet de confortement d’un pôle de loisirs existant. Pour ces deux communes, l’élaboration en cours d’un PLU permet de proposer  des « emplacements réservés » et des « orientations d’aménagement » à intégrer au document d’urbanisme.

 
 

Comments are closed.